édition 2014 - 2015

La transatlantique des amateurs de 40 ans

Lorient 16 Juillet 2017 Barcelone 12 Juillet 2017

madère martinique

actualité

Retour
22 Juillet 2017

Pascal Chombart de Lauwe et Fabrice Sorin (Ogic) vainqueurs en double en temps compensé

Pascal Chombart de Lauwe et Fabrice Sorin ont coupé la ligne de cette première étape de la Transquadra Martinique à 14h13 ce samedi, un « chrono » qui leur permet, en temps compensé de devancer François-René Carluer et Gwenaël Roth de 16 minutes. Le podium devrait être complété par les sudistes Adrien Follin et Gilles Debard (Sun Fast 3600 Give Me Five).

 

On n’est pas des Pitbulls, mais on attaque

« Ce qui était surprenant pour nous, c’est qu’on était un petit bateau au milieu de gros ! Ce qui était stimulant et plutôt sympa ! On n’a « rien lâché » comme on dit. On n’est pas des Pitbulls, parce que ce n’est pas l’esprit de la maison, mais on attaque.

Même si on avait été seuls, on aurait tiré sur le bateau de la même façon. Quand on voit un bateau, on a envie de le rattraper, surtout quand il est plus gros ! »

 

C’est la stratégie qui nous permet de gagner

« Il faut jouer sur la stratégie puisqu’en vitesse pure ce n’est pas possible. C’est comme ça qu’on a pu se maintenir, voire gagner des places tout du long de l’étape, il y avait du jeu. C’est la stratégie qui nous permet d’avoir ce classement, et puis un bateau tout neuf, performant, super bien préparé. »

 

Un duo qui fonctionne bien

« Avec Fabrice ça fait 5 ans qu’on navigue ensemble, c’est notre 2e Transquadra et notre 5e transat, dont des « Mini » chacun de notre côté. On s’était dit qu’on pourrait faire ça ensemble ! Et ça fonctionne bien. »

 

Quel que soit le résultat, on sera contents

« La victoire ? On a gagné le prologue*, donc c’était logique ! (rires)

Il reste la 2e étape. Il ne faut jamais vendre la peau de l’ours. On fera ce qu’il faut pour, mais quel que soit le résultat on sera contents.

On est tellement chanceux de faire ce genre de choses. Par rapport à d’autres gens qui traversent la méditerranée pour échapper à des choses très dures.

Il faut être heureux de ce que l’on vit, et en profiter, quoi qu’il arrive ! »

 

 

* On a coutume de dire qu’en solitaire, gagner le prologue n’est pas un bon présage sportif pour la course. En revanche en double, il semblerait que ce soit le contraire !

commentaires
le reste de l’actualité