édition 2014 - 2015

La transatlantique des amateurs de 40 ans

Lorient 16 Juillet 2017 Barcelone 12 Juillet 2017

madère martinique

actualité

Retour
23 Juillet 2017

Merci la Transquadra !

Ce dimanche après-midi, il ne reste plus que 6 concurrents en mer : 3 duos et 3 solitaires. Nicolas et Laurent Letullier (Dufour 36 Water Boys) et Pascal Coret (Pogo 30 Vesper) sont attendus en fin de journée à Madère, épilogue de cette phase 1 de la Transquadra – Martinique 2017.

 

Depuis hier soir, à un rythme soutenu, parfois par groupe de 4 ou 5 bateaux, les 76 concurrents de la flotte Atlantique de la Transquadra sont venus remplir les pannes de la marina de Quinta do Lorde.

La brise s’est renforcée, rendant les arrivées sont parfois compliquées, notamment lorsque des spis récalcitrants sont restés coincés dans le gréement… Toute la nuit, les rouges se sont relayés pour accueillir les marins fatigués.

 

Après une douche, un repas, une sieste, les yeux, les mains racontent… « À un moment, on s’est approché d’un énorme tanker, ils nous ont éclairés avec un immense projecteur, et ils ont suivi notre progression un moment… c’est rassurant, ça prouve que la veille était active, mais j’étais franchement ébloui ! »

« Ce n’était que du bonheur, on a eu une météo magique. Il y a eu toutes les conditions, c’était vraiment parfait ! »

« On a vu plein de dauphins, des baleines aussi, et même une qui a fait un saut près de nous ! »

« On s'est vraiment régalés ! »

« On est partis trop à l’ouest… on refera tourner des routages pour voir ce que ça aurait donné de l’autre côté. »

« J’ai éclaté mes deux spis… j’ai cassé plein de trucs, mais bon, je ne m’en sors pas trop mal »

« Les trois jours de spi dans les alizés portugais, c’était fabuleux ! »

« Je crois que ce que j’aime le plus sur cette course, c’est la richesse des relations humaines. Il n’y a que des belles personnes, très intéressantes. »

« Merci la Transquadra ! »

 

Dans les mâts, les mains dénouent les drisses rebelles, les vêtements sèchent sur les filières, les écoutes dégorgent dans les seaux d’eau douce, les voiles déchirées s’étalent dans la salle dédiée à la Transquadra par la marine de Quinta do Lorde…

 

« Les poignées de mains des coureurs qui vous broient les phalanges… », je crois que ça veut dire quelque chose, sourit Mico Bolo, directeur de course.

De l’émotion heureuse se dégage des pontons de la transat des quadrasailors.

La course est presque finie. Heureusement, il y a la perspective, de la 2e étape. Ces 6 jours de mise en jambe vont aider à passer l’hiver avec le sourire, et l’envie.

 

 

commentaires
le reste de l’actualité