édition 2014 - 2015

La transatlantique des amateurs de 40 ans

Lorient 16 Juillet 2017 Barcelone 12 Juillet 2017

madère martinique

actualité

Retour
10 Février 2018

Jour J : tendu avant, content après !

Beau temps, belle mer au large de Madère en ce jour J ! Les conditions météo sont conforment aux prévisions : 20 à 25 nœuds de nord-est. Une grande ligne de départ d’environ 600 mètres sera mouillée devant la marina de Quinta do Lorde. La flotte des quadrasailors, les solitaires en premier, va partir sous spi pour un petit bord de moins de 3 milles vers Funchal. Une fois enroulée une bouée « spectacle » au pied de l’aéroport de l’ile, ils pourront alors tracer vers le grand large !

 

Coup d’envoi à 16h heure française de cette 2e étape de la Transquadra Martinique.

 

Bruits de ponton…

« C’est l’aboutissement d’un long cheminement, nous avons hâte de partir, hâte de vivre l’histoire, maintenant ! »

 

Roland Montagny, skipper de Géroul, en double avec Georges Martinez tout sourire, comme toujours : « On arrête enfin de se poser des questions…  il faut y aller maintenant ! »

 

Alain Roland, skipper de Tikocco 6, en double avec Bernard Avril : « Il y a forcément un peu de pression même si on l’a déjà fait une fois… ça ira mieux dans une heure ! »

 

Aymeric Belloir, équipier de Olivier Monin sur Yuzu : « nous sommes restés bloqués à Lisbonne 2 jours, nous ne sommes arrivés qu’hier… mais ça va le bateau est prêt, et la route est en pente ! »

 

Jean-Pierre Kelbert, skipper de Léon : « J’ai super bien dormi ! J’ai fait une grand nav’ hier, ça fait du bien ! Je suis serein. »

 

Arnaud Vuillemin et Grégoire Bezie, Jubilations Corse : « on arrête de cogiter à ce que l’on a pu oublier ! Les prévisions météo du début de semaine étaient stressantes, là c’est beau temps belle mer, c’est un beau cadeau !

 

Bertrand Gassier, skipper de Pleine Lune : « Le départ, c’est une délivrance… On est tendu avant, content après ! »

 

Pensées spéciales pour deux solitaires :

Frédéric Ponsenard, skipper de Coco, dont le bateau a été très endommagé hier lors d’une collision avec un autre concurrent parti s’entrainer comme lui. Tout a été réparé hier soir, il sera bien au départ tout à l’heure. « Mario et son équipe, du chantier naval de Funchal ont fait un super boulot ! » souriait hier « Coco ».

Louis-Marie Dussere, skipper de Raging Bee est lui resté bloqué à Paris jusqu’à hier après-midi. Il n’a atterri à Funchal qu’à minuit hier soir. Stressant. Il savourera d’autant plus d’être enfin au large…

 

 

commentaires
le reste de l’actualité