édition 2014 - 2015

La transatlantique des amateurs de 40 ans

Lorient 16 Juillet 2017 Barcelone 12 Juillet 2017

madère martinique

actualité

Retour
13 Février 2018

En direct de l'Atlantique Jour 3

Encore quelques soucis techniques égrenés au fil des messages du bord, mais il y a aussi des sourires, des plaisirs, de l’humour… et de la régate !

Et de belles (et grandes) photos d'Atlantic Loisirs !

 

Frédéric Ponsenard (Coco)

Petites nouvelles de coco et de son marin : le bateau va bien. Juste la cale d'étambrai en résine qui est sortie du pont (le pont est plus bas qu'au moment de la pose). Impossible de la faire entrer, j'ai donc mis tout et n'importe quoi pour le recaler : j'espère que ça va tenir (ça tenait en dériveur)…

En terme de stratégie, je vais repartir vers le sud pour éviter la bulle qui est entrain de se former devant sur l'orto que je suivais.

Quant à la vie à bord, le rythme est pris, et je ne pense pas y être destiné plus tard, mais le paradis doit être un peu comme ça !

Bises à tous

Coco et son marin

 

Gérard Quenot et Jérôme Apolda (Atlantic Loisirs)

À bord d'Atlantic Loisirs hier soir....

Bonsoir à tous

Nous avons la chance d'assister à un magnifique coucher de soleil dont les rayons se glissent sous un nuage de grains. Et le plaisir de partir au surf dans une mer formée par 20-25 nds de vent. C'est le plus tenace qui garde la barre (oui Gérard !), le plus gourmand qui a préparé l'apéritif avec jambon de Bayonne et Champagne (oups, eau gazeuse de Madère !).

Les quarts sont programmés pour la nuit : au tour de Jérôme de prendre 2 heures de repos,... sauf si un changement de spi s'impose ! Le Grand Spi Lourd est ici dans son élément, il nous faudra probablement revenir au Grand Spi Léger dans la nuit si le vent baisse sous 20 knt comme les fichiers météo captés cet après-midi nous l'annoncent.

Petite précision littéraire, les majuscules de nos spis ne sont pas de erreurs de frappe : nous chérissons ces voiles qui sont indispensables pour aller vite et ne pas arriver en retard en Martinique. Nous leur apportons un soin tout particulier, nous les plions plusieurs fois par jour, nous les en-maillotons de laine, nous bichonnons leurs écoutes. D'ailleurs pour partager ces instants précieux, une photo suit où une écoute a droit à sa petite protection hand-made by Gérard. C'est quand même la troisième sur-gaine refaite en deux jours !!! En grande partie parce que nous avons perdu 2 écoutes de spi dont il semble que les mousquetons Tylaska n'aient supporté le fasseillement sous 30 nœuds : heureusement nous les avons remplacés par une en spare et par la drisse de génois qui a trouvé un nouvel usage !

L'équipage s'est ressourcé ce soir, bien besoin parce que les nuits ont été jusqu'à présent très mouvementées. Comme un petit regroupement s'est opéré, nous pouvons échanger par VHF avec des concurrents et amis rochelais, mais ce qui se dit en course reste entre nous (si si !)...

Ne soyez pas surpris de ne pas nous retrouver positionnés sur le site Transquadra à partir de cet am : notre balise est HS. Nous essaierons bien entendu de la redémarrer ou communiquerons nos positions.

Bon, c'est l'heure, ça tangue pas mal en Atlantique, et nous vous saluons tous !

G&J

 

Alain Jacques et François Boden (Goodplanet Belgium)

Dur dur la vie nocturne de régatier sur la Transquadra : sous un ciel étoilé, un doux souffle 14-22kt, Flicka III glisse paisiblement vers le sud, sous voilure type Class J, Horny s’occupe de tailler la route pendant je me sirote un petit Rhum, une clope et un partie d’échec contre mon iPad alors que Maître Pitchou ronfle juste... 

7h34 UT J’ai repris la barre à 5 h. Je barre un max. D’abord parce que j’aime ça et ensuite parce que nous économisons de l’énergie. La nuit est belle et étoilée. J’apprends que Captain Poyon, mon skipper favori, picole au Rhum quand je sieste. Je le comprends : « il a bon » (du verbe intransitif liégeois « avoir bon » : être (vraiment) bien). 

Au menu d’hier soir, c’était « poulet en sauce, riz ». La question revient souvent à propos du lyophilisé : est-ce bon ? Oui et non : une petite partie de la population répond toujours « oui ».

Ce sont :

1) les marins mouillés qui ont  froid

2) les alpinistes qui se les gèlent au camp de base

3) Alain Hubert quand il joue à Captain Igloo à la station Princesse Elisabeth

4) les bobos du brabant wallon qui font une méharée dans le Haut Atlas pour réaligner leurs chakras.  Ceux-là trouvent que c’est bon.

En fait, c’est chaud, léger en poids et lourd en calories. 

Pour le reste de la population, c’est « bof ». Si vous recevez vos amis, ou organisez la communion du petit ou l’anniversaire de Mamy, oubliez !... 

Vivement l’osso bucco de ma chérie 

François par 27°. 42’ 90 Nord et 22° 601 West

 

Jean-Eudes Renier Patrick Baune (Shaïtan)

3e nuit en mer et nous pouvons enfin apprécier une nuit normale ! Quarts de 3h, petits réglages réguliers du spi medium, barre partagée avec le pilote qui fait très bien le travail quand la fatigue commence à noua saisir. Vent moyen 18N de NE pour nous faire glisser au 250 (SW) légèrement en dessous de 9 nœuds de moyenne. 

Résumé des 3 premiers jours : des bobos pour les hommes et pour le bateau... et un gros lundi après-midi de réparation pour attaquer enfin cette nuit paisible (au moins pour l'instant). Nous avons pensé pendant plusieurs heures avoir un sérieux problème de safran tribord (gouvernail) mais après avoir pu dégager un bout (langage terrien = un corde !) la barre ne pose plus de problème... 

A l'inventaire des soucis plusieurs départs au lof ou à l'abattée qui ont fait des misères à notre grand spi medium (nous avons réparé la 1ere réparation !) et nos 2 bras de spi (langage terrien = des ficelles !).                                                                                                                                                                                                                                                                                                                D’ou le travail de couture aka "épissures" je vous renvois à Google pour plus d'explications...

Nous avons aussi été privés de satellite iridium pendant près de 24h donc pas de météo ni de position... finalement réglé en fin d'après-midi. L'iridium, c'est un outil essentiel mais d'un autre âge pour tous les connectés que nous sommes... 9.6kb de débit quand nous en sommes à la 4G ou en 100Mb...

En résumé : merci pour vos messages cela nous fait du bien mais SVP pas de photos ou suivi de pièces jointes voir même de laisser notre message dans le corps. A l'air de l'iridium, les mots simples reprennent vie !    

Dans la nuit étoilée des voix improbables soudainement commencent un dialogue d'une autre époque : "Mirabelle, Mirabelle de Pour Aster...  Oui Pour Aster je te reçois Mirabelle...  Pas de nouvelle de Brocoli ou vu passer La Souris Mermon ?" 

Pour nous les carottes ne sont pas encore cuites et la préparation de notre "débarquement" en Martinique n'est pas d'actualité ! 

A tous bon début de journée et bises salées de l'Atlantique. 

PB

 

Jacques Amédéo et Brice Tailliandier (Sephora Marine Pool)

Journée de transition sur notre bateau. Nous tentons de réparer avec grande difficulté notre grand spi qui devrait nous être plus qu'utile dans les prochains jours. Nous allons le plus vite possible avec notre spi de capelage, ce n'est pas toujours suffisant.

Les prochains jours vont être plus compliqués car une zone sans vent nous barre la route, nous passons beaucoup de temps sur la table à cartes pour définir les stratégies à venir.

Le moral est bon car notre classement théorique n'est pas trop mauvais. Comme vous pouvez le constater le tandem tient bien la mer !

Brice et Jacques

 

Jean-Paul Le Breton et Franck Aussedat (La Souris Mermon)

Soir du troisième jour, les choses semblent rentrer dans l’ordre, pas de casse depuis les infos d’hier, est-ce un signe...

En tous cas on essaie de préserver le matériel, le soleil s’est pointé cet après midi et ça fait du bien. Le vent autour de 20 25 nds avec une mer hachée mal rangée, on a sorti le grand spi depuis la fin de matinée et ça cavale pas mal.

J’oubliais l’essentiel, la girouette fonctionne à nouveau, les mystères de l’électronique ? Et nous pourrons laisser, j’espère, le pilote travailler cette nuit et se reposer un peu plus, car, depuis le départ on n’a pas beaucoup dormi.

Sinon les nuits sont vraiment très noires, sans lune et sans aucune visibilité.

L’équipage est passé à la douche au seau d’eau mer dans l’après midi et est en pleine forme pour attaquer la nuit. 

Notre position dans la flotte nous semble pas mal, on est là où on l’avait prévu, la position au classement n’est pas encore significative pour le moment. Mais c est vrai qu’on navigue parfois un peu sous toilé avec notre code 5, l’objectif est bien sûr de préserver le grand spi. 

Tout va bien à bord de La Souris Mermon.

Bises à vous. 

Jean-Paul et Franck. 

 

Frédéric Couture (Be Happy)

Après deux jours sans balises et sans positionnement, les équipes de Geovoile m'ont communiqué la manip pour réinitialiser la balise. Ça marche et j'en suis super satisfait. Car une Transquadra, ce n’est pas seulement un bateau et son skipper, c'est aussi une famille, des proches, des partenaires qui scrutent les évolutions des positions tous les 4 heures. Je suis ravi que ca fonctionne.

Après deux premiers jours très compliqués où j'ai beaucoup donné à manger aux poissons, ca va mieux. J'ai avalé mon premier repas ce midi. Il le fallait, car je me sentais très faible.

Jusqu'ici, aucune casse à déclarer, tout marche pour le mieux. Juste une petite réparation sur un spi, mais rien de bien sérieux. 

Je file au 255° à 8/9 nds de moyenne

La route est encore longue 

Bonne continuation

Frédéric Be Happy N°7

 

Benoit Cornet et Marc Willame (Alterface Projecta Mikol)

Journée difficile pour nous. Ca a commencé avec un problème d'énergie dans la nuit : ce cher hydro refusant toute collaboration pour recharger nos batteries, nous avons dû faire tourner le bruyant moteur qui couvre nos voix mélodieuses. Une fois découvert la panne et réparé (relais défectueux) nous nous réjouissions par l'envoi du grand Spi. Un petit grain passant par là, il coucha le bateau dans une belle auloffée qui se termina sans casse. N'écoutant que notre courage, nous essayâmes de le lancer une deuxième fois dans l'après midi. Cette fois, c'est le tangon en carbone qui se cassa en deux au niveau de l'étai dans un violent départ au lof.

Nous voyons les choses positivement c'est l'étai qui aurait pu casser et je vous laisse imaginer la suite.

De plus, notre embarcation appelée mémé carbone dispose de ces feuilles noires pour réparer.

Autres petits déboires:

-une latte forcée de grand voile est tombée sur le pont ne causant aucun dommage,

- une petite déchirure sur le spi lourd qui sera vite réparé lorsque nous l'affalerons. 

Sinon, l'ambiance est bonne à bord malgré les repas succincts et franchement mauvais.

Beau temps entre les grains   

Cordialement et bonne nuit à terre.

Je vous quitte en écoutant le son mélodieux de l'hydro. 

Benoit et Marc

 

Olivier Hausheer et Nedeljko (Marimar IV)

Pour cette deuxième nuit, notre Marimar IV a taillé sa route – parfois vaillamment – dans une suite de grains qu’on ne faisait que deviner du fait de la nuit noire. Il vaut parfois mieux ne pas les voir, ces grains, car, maintenant qu’il fait jour, on passe du spi médium au spi lourd à la moindre alerte (?!).

C’est le métier qui rentre.

Nous avons réparé un petit accroc dans spi lourd, et le matériel souffre un peu (surtout les drisses), mais on apprend par la VHF que d’autres ont eu plus de casse que nous. Dans la nuit, nous avons croisé (comme la nuit précédente) Vesper à quelques dizaines de mètres. Merci à l’AIS, à la VHF et à l’équipage de Vesper pour cette efficace entente.

Ce premier après-midi un peu ensoleillé nous permet d’alléger un peu la tenue vestimentaire. On attend la suite…

Olivier et Nedeljko

 

Jean-Yves Le Gall et Antoine Le Villain (On line)

Dur d'être sous génois pendant que les autres caracolent sous spi... Notre grand spi prévu pour la deuxième partie des alizés ne pourra résister longtemps... on l a rentré en début de nuit.

Dommage, on faisait des pointes à 13 14 nds alors que là en barrant on dépasse rarement le 8 nœuds.

C’est une immense déception.

En début de nuit, on a dépassé JOKARI qui a eu sa part de douleur la première nuit. Mais il n a rien cassé et a tout remis en ordre y compris lui même.  

Ce matin, derrière nous, il y a l autre Ofcet du couple OFx. Ils sont sous spi après avoir dû s'amariner. Ils nous dépasseront dans quelques heures. Sébastien Pejoan sur Anakel est dans le coin aussi. Pas de spi cette nuit pour lui. Il envoie après son petit dej. 

Situation météo... pas brillante pour nous ... du vent autour de 20/22 nds et parfois des grains. On est montés à 28 nds cette nuit. 

La situation est pire que celle vécue avec Mataf à la dernière édition. On avait perdu le petit spi lourd mais le medium et le grand spi étaient là.... pourquoi ce choix de voiles. On n’a le droit qu'à 4 spis à bord. La première étape permettait un long bord sur code 0 que nous avons décidé d’embarquer à la place du spi lourd. Ce n'était pas une erreur pour la descente à Madère et nous savions que c’était une voile inutile pour la Transat. 

Medium- Lourd (Mort)- Asymétrique 5 (sert souvent à l'arrivée) et ce code Zéro

Bien sûr, il est facile de dire maintenant que le choix était mauvais, mais l'analyse que j'en fais est limpide. On privilégie les voiles de la plus longue distance... 

Voilà, le classement est mort pour nous et même si on va beaucoup barrer, même si on va continuer... c'est plié pour nous.

Dès que le vent sera plus proche de 20 nds on renverra ... on le rentrera quand ce sera chaud et puis on le renverra et puis... il explosera. Pour l’instant la mer est en désordre et donc trop dangereuse pour le spi...

 

Antoine Maton et Cédric Malysse (Voltea)

HELLO LA TERRE ICI LA MER

Position : 28.50.766 N / 23.13.479 W

Date 13/02/2018 _ 00h10

Distance parcourue :420 MN

DTF : 2260 MN 

LA NUIT PROMET D'ETRE BELLE... Cela a bien commencé au coucher du soleil avec la danse des Dauphins venus nous rendre visite à notre adresse "océan zéro zéro".

A la passation de quart à 23hTU, un ciel absolument merveilleux nous est offert, des étoiles par milliers, proches et lointaines, seules ou en constellation, le spectacle est inédit, on ne pourra jamais s'en lasser. Nous devons nous concentrer quelques instants pour réaliser la distinction entre une étoile basse sur l'horizon avec les feux de route d'un concurrent. Nous avons changé le rythme de 1/4 de nuits en passant en 3 heures, moins fatiguant que les 4 heures. 4 heures c'est bien car on arrive à dormir deux cycles, mais c'est trop long pour celui qui est sur le pont et s'épuise. De plus, en 3 heures, on a chacun ses deux quarts de veille et ses deux quarts de repos. On dort donc 2 fois 2h30 la nuit, il reste donc à faire une ou deux siestes en journée pour tenir sur la durée. Nous sommes des gros dormeurs, enfin, surtout Antoine. 

On vous dira la prochaine fois ce que nous avons pensé de cette nouvelle organisation.

A l'instant, nous filons à 8.4 nœuds au 254, poussés par une brise de 21 nœuds. En guise de garde robe, Voltea porte une grand-voile blanche et un spi medium intégralement rouge ! 

Belle journée à tous...

Antoine et Cédric Voltea Sun Fast 3200

 

commentaires
le reste de l’actualité