édition 2014 - 2015

La transatlantique des amateurs de 40 ans

Lorient 16 Juillet 2017 Barcelone 12 Juillet 2017

madère martinique

actualité

Retour
25 Février 2018

La course continue

45 bateaux sur 85 sont à quai, au Marin ce dimanche soir. Le reste de la flotte est ralenti par une brise faiblissante et… les premières sargasses qui ont fait leur apparition ce matin. Et la course continue.

 

« Il nous reste encore 44 milles. Des longs surfs dans 20 nœuds de vent, à barrer pour placer son étrave au meilleur endroit de la vague et ainsi prolonger cette sensation de planning ... Et bien pas du tout ! J'ai pris la barre, au milieu de champs de sargasses, et j'ai eu la sensation de piloter une charrue du moyen-âge, labourant, traçant des sillons dans cette dernière journée qui aurait dû être géniale… », écrivait Frédéric Ponsenard, premier des solitaires méditerranéens, à la mi-journée. Il est attendu en soirée (heure métropole) au Marin.

 

En mer, dans des conditions météo sensiblement plus clémentes que ces derniers jours, le quotidien des coureurs reste jalonné d’imprévus… « Mon quart à la bannette doit se finir dans quelques minutes quand Antoine crie "on a explosé le spi !"Je m’extirpe, enfile mon gilet auto-gonflable, une lampe frontale et en moins de dix secondes me voilà sur le pont. Le temps de s'habituer au noir, de faire un état des lieux sous la lune, on comprend vite que le spi est passé sous le bateau… », racontait cet après-midi Jacques Le Gall, skipper d’Online.

 

La vie devient cependant plus douce… « La belle journée d’hier (samedi) s’est prolongée par un début de nuit idéal. L’alizé s’était un peu assagi, la mer s’était rangée, et le bateau filait tout en douceur ses 10 nœuds sous spi, malgré son aile cassée (rappel : nous avons cassé la bôme dans le grand frais de jeudi dernier). Mais ce beau tableau nous a tout de même gratifiés, vers 3h TU de la plus solide pluie de grain de toute la traversée. Une « roillée », comme on dirait chez nous… Nous sommes approximativement à 24 heures de l’arrivée, si le vent (faible) se maintient. Il fait très chaud », écrivaient ce dimanche Olivier et Nedeljko sur Marimar IV.

 

Les arrivées vont s’égrainer jusqu’à vendredi…

Au Marin, les quadrasailors refont leur course, et ce n’est qu’un début !

 

commentaires
le reste de l’actualité