édition 2020 - 2021 Lorient - Marseille - Madère - Martinique

C’est une très très bonne surprise de finir en tête ! je ne suis pas peu fier !

Arnaud Vuillemin (JPK 10.10 – Jubilations Corses), vainqueur des solitaires de la flotte Atlantique : « Sacrée course ! Je n’étais pas sûr du tout du classement en temps compensé parce qu’Alex Ozon a fait des moyennes très impressionnantes ! Il n’est pas dans des vitesses classiques, mais ça s’est calmé un peu sur la fin.

C’est une très très bonne surprise de finir en tête ! je ne suis pas peu fier ! Je ne m’y attendais pas du tout, je suis vraiment content !

Cette étape, c’est plein de belles choses, plein de belles sensations de course et de belles images de mer.

Il y a eu une première partie tactique, un peu délicate, où il a fallu négocier cette dorsale. J’ai trouvé un petit endroit où passer et ça a bien marché manifestement. J’ai fait mon petit bonhomme de chemin.

Des doutes ? oui bien sûr ! En fait, je voulais vraiment éviter de faire du près parce qu’en VMG on ne gagne rien. Alors que vent de travers, même dans du petit temps, on a une VMG qui est intéressante. Je me suis basé là-dessus et une fois passé la dorsale, cette zone qui était dangereuse, j’ai eu des vents favorables.

Il y a eu ensuite le mythique passage du cap Finisterre. Je n’étais pas sûr d’avoir du vent. Je me suis bien appliqué à rester très près des côtes, parce que pour s’en tirer il fallait faire du rase cailloux.  A tel point qu’à un moment je suis allé vers sur une pointe, et je me suis dit que j’allais quand même vérifier la carte : il y avait deux gros cailloux devant moi !
C’est passé, c’est bien passé.
Ensuite, il y a eu une zone de molle en dessous du Cap Finisterre mais le vent est vite revenu. J’ai eu pas mal de chance sur ce passage-là.

La deuxième partie c’était baston, plus rustique… C’était bourrin et il fallait envoyer !
C’était sympa aussi… Mais le matériel encaisse. Le gros spi quand il y a du vent, quand il se dégonfle et qu’il se regonfle ça fait des sacrées vibrations dans le gréement. C’est très désagréable. Mais j’avais envie de tenir les moyennes…
Une poulie s’est arrachée, je l’ai remplacée.

Je ne suis pas trop fatigué, je suis assez surpris, j’ai réussi à dormir, même si les premières nuits sous grand spi, par 20 nœuds de vent, et que tu sens qu’il faut que tu ailles tu coucher c’est un peu flippant quand même.
Mais finalement ça se passe bien, tu dors par petites phases… »