édition 2020 - 2021 Lorient - Marseille - Madère - Martinique

Pendant ce temps là, au large...

A 20h (heure métropole) ce dimanche, 15 bateaux sont amarrés au Marin. 54 sont encore en mer, tous sont à moins de 900 milles du but et une grande majorité d’entre eux arrivera dans les 24h à 36h venir.  L’alizé, toujours puissant, permet à tous de faire route directe à 8 – 9 nœuds. Ceux qui n’ont malheureusement plus de spi doivent en revanche prendre leur mal en patience, d’autres en profite pour attaquer et déguster ces derniers instants d’aventure…
(photo Olivier Marc et Jean-Yves Germain - Emeop)

Jean-Yves Bonsergent et Paul Codron (Ruban Vert) : à moins de 300 milles du but
Si hier c’était comme un début de weekend, aujourd’hui c’est un comme un beau dimanche d’été. Vous savez ces belles journées ensoleillées où l’on part en mer pour pique-niquer sur une jolie île au large. On a sorti le grand parasol (entendez le grand spi) et Polo joue du guidon pour battre son propre record de vitesse… et bien c’est déjà chose faite ce matin avec une pointe à 16,5 nds ! De la folie, je vous dis, sur un First 31.7 ! La mer est plus régulière et permet de partir dans de longs surfs entre 12 et 13nds. C’est vraiment chouette ! Il faut maintenant que le bateau tienne jusqu’au bout. J’observe la cadène (pontet de fixation) qui tient la poulie du bras de spi qui soulève régulièrement le pont… Il ne s’agirait pas de faire un beau trou dans la coque à 2 jours de l’arrivée. Si le vent se maintient à cette force (20/23 nds) et une mer rangée, on devrait pouvoir garder le spi en l’air jusqu’à l’arrivée. Mais restons prudent car l’objectif premier est d’arriver !
Juste une petite intervention sur le pont vers 3h du matin pour réparer une poulie de barber roller (une poulie qui retient l’écoute de spi et qui avait été utilisée pour le foc pendant la nuit… bon je sais, ce n’est pas très clair pour les non-initiés, veuillez nous pardonner…). La routine. On n’a pas envoyé le spi car le vent et la mer étaient trop forts et instables pendant la nuit.
Ce matin Paul a pris son petit dej en terrasse, en attendant mon réveil. Lecture du courrier, observation des conditions météo et réflexion sur l’envoi du spi. À 7h (heure locale) envoi du spi. Il avait un petit compagnon avec lui. Un poisson volant était venu s’installer sur la marche d’escalier près de la cuisine. Aussi remis à l’eau car ce n’est pas comestible et surtout ca sent très vite très mauvais !
Un bateau concurrent a croisé notre route ce matin. Pas tout à fait le même cap, on verra qui sera le premier à l’arrivée. On a 3 ou 4 bateaux autour de nous avec lesquels on devra se battre jusqu’au bout. Des bateaux en théorie plus rapides que nous mais on y croit ! Les dernières estimations d’arrivée sont autour de mardi matin heure locale donc mi-journée en heure française. Pour le journal de 13h, ça serait pas mal…
En résumé, une journée sous le soleil mais hyper concentrés à faire marcher le bateau à fond sous spi.
PS : on vient de franchir les 300 milles avant l’arrivée !
Bon dimanche,
A très vite pour la suite !


Frédéric Nouel et Denis Lazat (Fondation de la mer) : une belle aventure et une solide amitié renforcée
Tout va bien à bord de Fondation de la mer.
Les deux derniers jours nous ont encore permis de progresser
- progression fulgurante au classement général - en temps réel au moins, même si nous savons qu'en temps compensé, ce sera une autre histoire ! En quelques jours nous sommes passés de la 36ème à la 16ème place. Ça suffit à nous redonner le sourire.
- Progression fulgurante quant à notre capacité à gérer les grains : depuis 2 jours nous sommes passés maitres surtout dans l'art de les esquiver. Il faut dire que la lune qui éclaire bien le terrain de jeu nous aide à les voir arriver et nous permet, littéralement, de prendre la tangente. Résultat : plus de spi à affaler en catastrophe, plus de ciré à enfiler fissa avant de sortir dans le cockpit.
- Progression certaine dans la gestion du sommeil. Qualité et quantité : nous dormons mieux, et beaucoup ! C'est notre manière à nous, marins, de recharger nos batteries.

Quelques statistiques sur notre voyage - car cette traversée n'était pas qu'une course !
- 4 poissons volants ont décidé de choisir notre cockpit pour mettre fin à leurs jours. Snif!
- 1 fois seulement:  des Sargasses dans la quille, aussitôt dégagées avec une corde à nœuds.
- Avitaillement: il nous reste largement assez de nourriture pour faire la route du retour
- Trousse à pharmacie: nous n'y avons pas touché du voyage! Nous aurons donc des médicaments à donner pour le Liban.
- Eau douce: nous avons pu nous rincer à l'eau douce près chaque douche à l'eau de mer!
- Gasoil: il nous en reste largement assez pour aller jusqu'au ponton par nos propres moyens une fois que nous aurons tout affalé pour de bon.
- Voiles déchirées: une ou deux, aussitôt réparées!
- Bilan technique: seriously? who cares?
- Bilan Humain: de belles rencontres, une belle aventure et une solide amitié renforcée. N'est-ce pas là le plus important ?
L'arrivée de Fondation de la Mer prévue demain, avant l'aube en principe: en pleine nuit, en plein couvre-feu. Mode furtif.
Enfin ! Déjà !
Nous retrouverons nos camarades qui sont déjà là, nous attendrons ceux qui sont encore en mer. Nous passerons leurs amarres.
Bienvenue en Martinique.
Denis

Patrick Morvan et Guillaume Pinta (Team BFR Marée Haute) : nous grapillons quelques places avec plaisir et un certain acharnement
Bonjour à tous,
Encore et toujours sous spi à bonne allure, souvent mouillés par les embruns, nous grapillons quelques places avec plaisir et un certain acharnement. Nous ne pouvons plus recevoir de météo depuis hier matin : cela ne nous perturbe pas.
Il va y avoir dans la journée la convergence de plusieurs bateaux vers la pointe sud de la Martinique : cela va être rigolo.
On va peut-être mettre moins de seize jours : c'est plutôt pas mal.
Une petite douche ne va pas être de trop : on peut se doucher dans les grains en croisière sur un cata mais pas sur un Django 8s à pleine balle sous spi.
Donc la proximité de l'arrivée n'est pas pour nous déplaire.
Bon dimanche à vous, on va boire notre bouteille de pif.
A demain

Olivier Hausheer et Christian Zaugg (Marimar IV) : un peu de stat !
Nos relevés statistiques* nous donnent les résultats suivants (à un jour de la fin de la prise de mesures), selon les normes ISO TQ2122 :
Alizé : 0%
Couchers de soleil : 1%
Levers de soleil : 6%
Poissons volants : 3%
Friture de poisson volant : 0%
Dauphins : 1%
Frustration : 99%
Sargasses : 7%
Spinnaker : 20%
Nuits étoilées : 50%
Clair de lune : 85%
Grains : 4%
Plaisir d’être en mer : 80%
Sudoku : 2%
Lecture : 5%
Hygiène : 21%
COVID : 0%
* les valeurs – données en pourcents, arrondis à l’unité supérieure – concernent la fréquence observée/attendue de l’échantillon évalué, sa qualité ou son intensité.

Appréciation générale
Transquadra : ……………..………….7/20
Prestation de l’équipage : ………8/20
Bateau : …………………………….….20/20
Chemises rouges……………………18/20

Voilier MARIMAR IV, cagnard 243, 19h GMT ; position : 17°06 N ; 56°31 W

 

Olivier Marc et Jean-Philippe Germain (Emeop) : le pilote fait le job
Ça y est terminé la mer croisée qui vous remue comme un cocotier, les pantalons de ciré qui ne sèchent plus, les grains scélérats de plus de 35 nds qui vous envoie au tapis en pleine nuit.
Place à ce dernier run, certes ou les dés sont jetés mais le confort est là, le pilote fait le job et nous nous préparons à l’atterrissage en douceur.
Bravo aux solos de la route nord qui ont dû battre le record de miles par courus.
Bientôt le ti punch;)
Nous allons troquer notre gilet qui tire sur les cervicales contre le masque qui tire sur les oreilles, à choisir...
Olivier et Jean Philippe
Emeop